Les fonds d’ateliers de peintres-verriers de la région Centre-Val de Loire

Recherche Professionnel du patrimoine Cher (18) Professionnel du tourisme Eure-et-Loir (28) Étudiant‐Chercheur Études par thématique Enseignant Curieux Époque contemporaine

Le service Patrimoine et Inventaire ouvre une nouvelle thématique de recherche sur les fonds d’ateliers de peintres-verriers installés en région Centre-Val de Loire. Il s’agira notamment de mieux connaître les artistes ayant œuvré dans ces ateliers, de définir leurs activités et savoir-faire, d’apprécier l’étendue des travaux réalisés et de définir le rayonnement de l’atelier dans l’histoire du vitrail français.

Ce travail a commencé par l’étude du fonds d’atelier de l’artiste verrier Jean Mauret établi à Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher) depuis 1969. Environ 140 églises de France (dont la moitié en région Centre-Val de Loire) conservent des créations de Jean Mauret qui a, en outre, restauré de nombreux vitraux anciens (cathédrale de Bourges, de Chartres, de Lyon, de Poitiers. ..).
Outre son travail de restauration et de création, il faut également mentionner la collaboration de Jean Mauret avec plusieurs artistes contemporains, notamment Jean-Pierre Raynaud en 1976 à l’abbaye de Noirlac et Jan Dibbets en 2000 à la cathédrale de Blois.

Fonds d’atelier Jean Mauret – Voir les dossiers des oeuvres étudiées.

La verrière de l’atelier de Jean Mauret à Saint-Hilaire-en-Lignières : état en 2018 © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Thierry Cantalupo

L’étude se poursuit avec le fonds Lorin, célèbre atelier chartrain. Il est le plus ancien atelier de vitraux encore en activité en région Centre-Val de Loire et le seul atelier de peintre-verrier dont les locaux sont protégés au titre des Monuments historiques en France (depuis 1999). Son caractère exceptionnel tient dans la nature de ses locaux construits spécifiquement à la fin des années 1860 pour abriter l’atelier, dans ses équipements liés au métier de verrier conservés in situ et dans ses archives, conservées en très grande partie.
A la fin du XIXe et au XXe siècle, l’activité de l’atelier connaît un rayonnement géographique très étendu puisqu’elle concerne plusieurs milliers de chantiers, en France mais aussi dans de nombreux pays du monde entier.

Bâtiment de l’Atelier Lorin à Chartres © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Thierry Cantalupo
Publications

Restez connecté

L’actualité de l’inventaire est dans notre Lettre d’informations