Les fermes de Beauce : le projet de recherche auquel vous pouvez participer

Publiée le 26 janvier 2022

Recherche Époque moderne Époque contemporaine

Le service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre-Val de Loire lance une nouvelle étude sur les fermes de Beauce. Vous connaissez ce territoire et son patrimoine ? Participez à l’enquête !

Pourquoi un inventaire des fermes de Beauce ?

En région Centre-Val de Loire, le patrimoine de ce vaste territoire a jusqu’à présent été moins étudié que celui de l’axe ligérien.  Il est temps de le redécouvrir, au plus près de ce qui le caractérise : une grande plaine fertile dont les fermes constituent le cœur des exploitations. Certaines possèdent encore des éléments qui datent de plusieurs siècles (charpentes, portails…). D’autres, construites au cours du 19e siècle, présentent des éléments novateurs au moment de leur construction et répondent à l’appellation de « fermes modèles ». Les bergeries, très nombreuses autrefois, ont pu disparaître et quand ces bâtiments existent encore ils ont le plus souvent changé d’affectation ;   l’étude vise, entre autres, à comprendre lesquels sont remarquables. Des recherches dans les services d’archives des départements d’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et du Loiret viennent compléter les données de terrain.

Inventorier les fermes de Beauce concourt à mieux connaître ce patrimoine emblématique de toute une région. Pour la première fois en région Centre-Val de Loire, cet inventaire prend une dimension participative en proposant aux agriculteurs eux-mêmes de renseigner cet inventaire et de suivre son avancement au fur-et-à-mesure de sa réalisation.

Village de Cormainville (Eure-et-Loir). Cliché Alain Lelong, 1984
Les objectifs de l’étude des fermes de Beauce

L’étude poursuit 3 objectifs :

  • La connaissance d’un patrimoine emblématique de la Beauce : ses fermes.
  • La co-construction d’une étude patrimoniale avec la participation des agriculteurs et/ou des habitants permettant de suivre en ligne l’avancement de cet inventaire au-fur-et-à mesure de sa réalisation.
  • L’expérimentation d’une méthode d’inventaire général du patrimoine culturel à l’échelle d’un vaste territoire. Cette démarche est adossée à la réalisation d’un doctorat conduit avec l’université de Cergy-Paris.

Les délais et la restitution :

L’étude, démarrée en 2021 prévoit :

  • une phase d’enquête conduite durant toute l’année 2022.
  • une phase de synthèse au cours de l’année 2023.
Qu’est-ce que l’Inventaire général du patrimoine culturel ?

Créé en 1964 à l’initiative d’André Malraux, l’Inventaire général avait pour but de recenser l’ensemble du patrimoine architectural et du patrimoine mobilier public de la France (hors musées) dans un objectif de connaissance. En 2004, cette mission est transférée aux Régions qui engagent des études sur des sujets aussi divers que le vitrail, les jardins, les canaux, le patrimoine agricole… en conservant les trois piliers fondateurs de l’Inventaire général : recenser – étudier – faire connaître le patrimoine.

En répondant à ce questionnaire :
  • Les données de géolocalisation seront mises en ligne si vous l’acceptez (case à cocher dans le questionnaire) ainsi qu’une photo. Les noms des personnes n’apparaissent pas.
  • Cet inventaire poursuit un but de connaissance historique ; il n’empêche pas les travaux sur les bâtiments et n’aide pas non plus à les financer.

Merci de votre participation

Restez connecté

L’actualité de l’inventaire est dans notre Lettre d’informations